Le financement de la formation

La réforme de la formation professionnelle change la donne du financement

Elle encourage les démarches de développement des compétences menées sur le long terme (en particulier celles qui permettent d’obtenir une certification ou un diplôme) ainsi que les formations liées à l’employabilité des personnels.
Pour connaître les modalités précises applicables à votre cas particulier, en tant qu’entreprise ou professionnel, n’hésitez pas à contacter nos conseillers.

  • À retenir

Le compte personnel de formation (CPF) remplace le DIF au 1er janvier 2015.
D’un plafond de 150 heures, le CPF pourra être utilisé par les salariés ou les demandeurs d’emploi ; les droits sont transférables d’une entreprise à l’autre.
L’entretien professionnel devient obligatoire pour l’ensemble des salariés. L’objectif est de faire le point sur leurs actions de formation, leurs compétences et leurs perspectives professionnelles. Il doit être proposé systématiquement à un salarié qui rentre de congés spécifiques (parental, longue maladie, maternité…). Pour les plus de 45 ans, il remplace l’entretien professionnel existant.
La qualité de la formation. Le texte de loi responsabilise les organismes financeurs (OPCA, État, Régions) sur la qualité des formations qu’ils financent, sur la base de critères définis par le Conseil d’État.
Le nouveau 1 % formation. Principale nouveauté concernant le financement, le texte supprime le taux de 0,9 % de formation pour les entreprises de plus de 300 salariés. Il est remplacé par une « contribution unique et obligatoire » de 1 % de la masse salariale, pour les entreprises de plus de 10 salariés, versée aux OPCA.